Les enseignants du secondaire – PRAG, PRCE, PE – jouent bien souvent une place essentielle dans les établissements d’enseignement supérieur pour accompagner les étudiants dans leur entrée dans le supérieur. Au-delà de l’engagement de ces établissements pour développer une vraie politique des ressources humaines, une politique plus concertée entre l’enseignement scolaire et l’enseignement supérieur, entre les lycées et les universités, serait nécessaire pour assurer une plus grande fluidité et pour favoriser des partages de services ou des parcours croisés. La participation des chercheurs à l’enseignement est déjà une réalité et elle pourrait s’étendre à condition que, pour eux aussi, cet investissement soit véritablement reconnu. L’évolution des pratiques pédagogiques, avec le développement d’activités d’enseignement autour de l’apprentissage par problèmes et projets et de l’immersion dans des situations de recherche peut être une occasion pour que des chercheurs s’engagent davantage dans la formation en utilisant leurs compétences. Ici encore, une plus grande fluidité des parcours de chercheurs et enseignants-chercheurs doit être promue, au-delà des dispositifs déjà en œuvre. Les métiers de l’enseignement sont aussi ceux des personnels de bibliothèque et des personnels administratifs, notamment chargés de l’ingénierie pédagogique et de l’accompagnement des étudiants. Nous proposons qu’ils soient pleinement intégrés aux équipes pédagogiques. Au-delà, la réflexion sur les métiers de l’enseignement supérieur devra permettre d’identifier les nouveaux métiers et de soutenir la mise en place de ces emplois dans les établissements83. Enfin, des échanges et une plus grande coopération et fluidité entre les enseignants des différents établissements d’enseignement supérieur – écoles d’ingénieur, de management, d’art, de design, de carrières sociales, de professions de santé ainsi que la participation de professionnels ne peuvent être que propices à une plus grande créativité au bénéfice, de la formation des étudiants. Globalement, c’est dans le cadre d’une concertation avec les organisations syndicales et les établissements et organismes concernés que ces perspectives pourront se traduire en propositions concrètes. Il n’était en effet pas dans les missions du comité StraNES de conduire ce chantier, dont la nécessité est cependant apparue avec forc.